bombardement gare matin 17 juillet 43 mdlr Marcel BidoliDans la nuit du 15 au 16 juillet 1943, vers une heure du matin, la gare Viotte était prise pour cible par des bombardiers britanniques. Il semble que ces bombardiers avaient pour objectif les usines Peugeot de Sochaux qui travaillaient alors pour les troupes allemandes. Aussi les historiens se sont interrogés longtemps sur le sens de ce bombardement à Besançon! Mais des recherches récentes ont permis d'affirmer que Besançon avec sa gare était bien désignée comme cible sur les cartes des pilotes de la RAF.  108 bombes auraient été larguées, d'un poids de 100 à 500 kg sur les installations ferroviaires de la gare Viotte. Mais elles atteignirent également les quartiers de Battant, Saint-Claude, Montrapon et les Chaprais !

rue de Belfort bombardée, maison borelAux Chaprais, les bombes tombèrent à proximité de la gare Viotte, avenue Foch, avenue Carnot, rue de Belfort, rue des Villas et avenue Denfert Rochereau sur les dépôts du tramway.

 

bombardements villa bisontine 2Ci-contre, à gauche, la rue des Villas bombardée, à droite, la rue de Belfort.

Ses archives concernant le personnel ont été détruites. On comptera quelques 24 immeubles complètement détruits et 32 partiellement.Ci-dessous, l'hôtel d'Alsace près de la gare.

bombardements 43 hôtel d'Alsace mdlr Marcel BidoliSi la gare Viotte est hors d'usage, cela n'empêchera pas les trains de circuler de nouveau 48 h après ce bombardement. Le bilan des victimes est lourd : 51 tués et 131 blessés. Un avion de chasse allemand se serait écrasé, en flammes, sur les installarions ferroviaires.

 

brasserie gangloff bidoli mdlr

Un avion britannique aurait été abattu et se serait écrasé devant la gare. Il se raconte toujours que cet abri, réservé aux civils, aurait été évacué par les soldats allemands lors de ce bombardement afin de se protéger eux-mêmes. Et que nombre d'entre eux y périrent, une bombe l'ayant atteint! D'ailleurs, nous publions une photo inédite de l'enterrement des soldats allemands au cimetière du Champ Bruley, photo prise clandestinement par un habitant, depuis la rue Tristan Bernard.

enterrement soldats allemands 1 victimes bombardements juillet 43

Dèbut septembre, nous publierons un numéro spécial de Vivre aux Chaprais consacré à la Libération vue des Chaprais.

Vous pouvez également vous reporter à l'ouvrage, richement illustré d'Elisabeth PASTWA Besançon 1940 - 1944 publié aux éditions Ouest France.

Toutes les photos des bombardements proviennent de la pochothèque de la ville de Besançon (accès page accueil site web de la ville). Tous les droits de ces photos sont réservés. La dernière concernant l'enterrement des soldats allemands nous a été communiquée par C. Mourey, commerçant à Battant à l'enseigne Battant Musique. Qu'il en soit remercié.