Nous poursuivons l'évocation des 24 Résistants tués lors des combats de la Libération de Besançon et la publication des travaux de recherche de mr. Bernard Carré.

P1040236Voici le texte écrit, de haut en bas, sur la stèle de la Résistance, place de la Liberté:

 

                                   IN MEMORIAM

                                   DE CETTE PLACE

                                     A ÉTÉ LANCÉE

                               LE 7 SEPTEMBRE 1944

                                         L'ATTAQUE

                        DES COMBATTANTS VOLONTAIRES

                                 POUR LA LIBÉRATION

                                       DE LA VILLE

 

 

            BERREUX Paul, BRAINE Robert, BORDY Robert

            BOUTON Honorat, BILLOT Louis, CORDIER Gaston

            DREZET René, DORNIER Armand, ESCOFFIER Roger

            FELSINGER Roger, FERANDON Adrien, GENEST René

            GRUX Maurice, KNEISKY Antoine, MARTARELLO Joseph

            PHILIPPI Gustave, PRENOT Julien, POURCHET Roger

            ROBERT Jean, RENAUDIN Louis, RENAUD Eugène

            RIMEY Marcel, RERAT Emile, VIEILLE Louis

 

            SOUSCRIPTION ORGANISÉE PAR LE FRONT NATIONAL

 

(La dernière ligne est écrite dans une autre typographie et en italique).

En ce qui concerne l'inauguration de cette stèle, Monsieur Carré,  nous indique ce qui suit.

 

Carte_Front-National_1944_rectoLa section des Chaprais du Front National, organisation de Gauche proche du Parti Communiste, issu de la Résistance, décide en [juin] 1946 d'ériger une stèle en hommage aux Résistants qui se sont rassemblés Place de la Liberté le 7 septembre 1944 et qui sont morts lors des combats de la Libération de la ville les 7 et 8 septembre 1944, ou au cours du mois de septembre des suites de leurs blessures. Comme il lui faut l'autorisation et l'accord de la Préfecture du Doubs et de la Mairie de Besançon, des échanges de lettres ou des rapports d'entretiens nous expliquent les étapes, les obstacles et les aides qui aboutissent à l'inauguration du monument le 17 novembre 1946.Cliché ci-dessous de cette cérémonie. On reconnaît à droite sur la photo Jean MINJOZ, ancien maire de Besançon, grand résistant.

inauguration stele R 001 (2)

 

Après l'inauguration de la stèle le 17 novembre 1946, Le Peuple comtois, hebdomadaire géré par la fédération régionale du Parti Communiste, dans son numéro du 23 novembre 1946, la rapporte ainsi :

                                               « Aux Morts pour la France »

                        « Ceux qui, pieusement, sont morts pour la Patrie

                        ont droit qu'à leur cercueil, la foule vienne et prie »

            Ces vers magnifiques de Victor Hugo étaient certainement sur les lèvres de tous ceux qui, dimanche, malgré l'heure défavorable, participèrent à l'inauguration de la stèle élevée par le Front National, Place de la Liberté, à la mémoire des Combattants Volontaires qui se battirent et tombèrent pour la libération de Besançon.

ffi doubs 001 (2)

 

            Les familles des héros, plusieurs délégations, des personnalités, parmi lesquelles on remarquait MM. Le Secrétaire Général de la Préfecture, le député-maire, notre camarade Léon Nicod, conseiller général du canton, etc. ont pris part à la cérémonie; de nombreux drapeaux, parmi lesquels celui de notre section, flottaient au vent.

            M. Mussillon prit ensuite la parole comme président de la section des Chaprais du Front National, fit l'appel des morts qui, au nombre de vingt-quatre, « préférèrent mourir debout que vivre à genoux ». Retenons leurs noms. 

Berreux Paul, Billot Louis, Bordy Robert, Bouton Honorat, Braine Robert,Cordier Gaston, Dornier Armand, Drezet René, Escoffier Roger,

Fessinger Roger, Ferrandon Adrien, Genest René, Grux Maurice,Kneisky Antoine, Martarello Joseph, Philippi Gustave, Pourchet Roger,

Pretot Julien, Renaud Eugène, Renaudin Louis, Rerat Emile, Rimey Pierre,Robert Jean, Vieille Louis.

Puis, dans  un discours vigoureux, il rappela la lutte tragique qui, partie de la Place de la liberté, s'acheva à Saint-Claude ; il souligna avec raison le rôle de nombreux policiers bisontins qui se distinguèrent dans ce combat, les opposant à ceux qui oublièrent leur devoir de Français ; il exalta ceux qui tombèrent pour nous donner des « lendemains qui chantent » et qui referaient le chemin s'ils devaient le refaire, suivant la magnifique formule de Gabriel Péri allant à la mort. Il termina sur un appel à l'union.

        Ensuite, Monsieur le Maire de Besançon prit possession de la stèle au nom de la Municipalité, et Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture associa son administration à l'hommage rendu à ceux dont les noms glorieux resteront toujours dans notre souvenir reconnaissant. Des gerbes ont ensuite été déposées et une minute de silence fut observée.

 

medaille resistance rectoCi-contre à gauche, médaille oficielle de la Résistance attribuée à quelques 47 000

medaille resistance versocombattants volontaires verso); à droite idem (recto).

 

Suite le 8 juillet 2015 avec la publication du premier Portrait (par ordre alphabétique) établi par Bernard Carré, celui du Résistant  Paul Berreux.