UNIVERSO : le nom de cette entreprise parle encore aux bisontins! Installée dès son origine au 10 rue des Villas, elle a été fondée par des suisses, entre autres messieurs Jeanneret et Berthoud, au début des années 20? Elle figure, en effet, dans l'annuaire Fournier de 1926 comme fabrique d'aiguilles de montre. 

universo 2

Universo a toujours été suisse. La maison mère comptait alors  plusieurs usines à la Chaux de Fond, dans la zone des Eplatures et à Fleurier. Les bureaux de cette société étaient installés au centre de la Chaux de Fond et les employés étaient logés dans cette ville dans une cité Universo.

Ci-dessous, différents modèles d'aiguilles Universo, à différentes époques.

aiguilles universo 1

universo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

universo 4

En 2000, Universo a été racheté par le groupe Swatch. La demande d'aiguilles venant à baisser, l'usine de la rue des Villas se transforme en 2011 en Centre Européen du Service Horloger (CESH), qui est en fait le service après vente de la marque Tissot, pour toute l'Europe (dont les usines sont situées au Locle). Tissot appartient au groupe Swatch. Il est vraisemblable que cette transformation d'Universo, fabrique d'aiguilles de montre, vouée à disparaître, en centre d'après vente Tissot, soit due au PDG de Tissot, M. Thiebault, originaire de Besançon et à madame Beaulier, qui vient de prendre sa retraite après avoir passé une grande partie de sa carrière à Universo et pris la direction du CESH.

Ci-dessous photos du 10 rue des Villas, siège d'Universo, aujourd'hui CESH.

universo façade verticale

universo façade longitidinale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

universo CESH

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs petits événements marquent le vie d'Universo. D'abord un incendie dans la nuit du 12 ai 13 novembre 1945. L'entreprise compte alors 45 ouvriers. Si 80% des produits finis furent sauvés, la moitié des produits de base est hors d'usage.

La Société Horlogère alors installée également au 10 rue des Villas avec également 45 ouvriers semble avoir beaucoup plus souffert dans cet incendie. Car si 10 employés sont maintenus dans l'entreprise pour des travaux de déblaiement, 35 autres sont placés dans deux autres entreprises horlogères des Chaprais.

universo incendie

Autre événement, l'arrestation, à la Libération, en janvier 1945,  du directeur d'Universo, M. Dietrich, sur plainte de Fred Lipmann : M. Dietrich avait été co-gérant des usines Lip sous l'Occupation et avait travaillé pour l'industrie de guerre allemande. Mais on retrouve M. Dietrich comme directeur d'Universo dans les années 1960. Il semble qu'il ait été blanchi des accusations d'après guerre.

Enfin, en 1963, une pétition des riverains est signée et adressée à l'administration, du faut du bruit des machines, tôt le matin (4h) et tard le soir (23h). Pétition signée par des habitants du 11 et 17 de la rue des Villas et du 14 rue des Villas Bisontines, c'est à dire les riverains les plus proches. On ne sait quelle réponse avait alors été apportée à cette requête. A noter que les riverains indiquent que ces machines bruyantes d'Universo sont installées dans les locaux anciennement occupés par Kelton (et auparavant la Société Horlogère?). Lire à ce sujet les articles publiés, sur ce blog, par M. Alain Prêtre dur KELTON

universo petition

Souhaitons que le CESH, avec ses 40 employés actuels, reste encore longtemps dans le quartier des Chaprais qui est son berceau naturel.