Cette piscine se situait à l’actuel numéro 37 de la rue des Cras,à l’emplacement même où a été construit l'ensemble immobilier Les Laurentides, en 1998, par Grand Besançon Habitat.

piscine cras pancarte GBH

 

piscine cras laurentides

Car il y avait, avant les constructions actuelles, des bassins d’eau pour l’approvisionnement des locomotives à vapeur du dépôt de la rue Résal.

Durant l’occupation, certainement en 1942, la compagnie du PLM a eu l’idée d’ouvrir  (à moins que ceci lui ait été suggéré par les cheminots eux-mêmes...), une piscine pour les enfants des cheminots nombreux dans le quartier. Cette piscine fut en fait ouverte à tous les enfants du quartier.

Il semble que cela soit dû au fait qu’un des employés de ce dépôt possédait un diplôme de maître nageur sauveteur.

Il aurait été détaché afin d’animer et surveiller la baignade. D’ailleurs il avait été installé deux ou trois potences qui soutenaient des brassières qui permettaient aux enfants d’apprendre à nager.

M. Bernard Besançon habitait alors, avec sa famille, dans une maison située juste en face de cette piscine, au n°32. Son père était mécanicien au dépôt. Il se souvient bien de ces baignades, y compris la nuit, puisqu’il escaladait la porte pour un bain de minuit !

Cette photo parue dans le journal n° 3 127 de «  LA REPUBLIQUE, quotidien régional de Franche-Comté et du Territoire de Belfort », en date du samedi et dimanche 25 et 26 juin 1955, atteste que cette piscine a perduré après la guerre. Jusqu’au début des années 60 ?

piscine cras 001

Le service des archives de la SNCF, interrogé, n’a pas pu nous fournir d’informations à ce sujet.

Mais, à Lons-le Saunier, la SNCF (ou la compagnie PLM ?) avait pratiqué de même. Derrière la gare, 3 bassins superposés avaient été creusés afin d’obtenir des réserves d’eau. L’un d’eux avait également été transformé en piscine et les deux autres en lieux de pêche.

bassin jean michel

Photo du bassin Jean-Michel, à Lons le Saunier, été 1952 (DR)

Si vous possédez des renseignements supplémentaires, des souvenirs, des photos de cette piscine, n’hésitez pas à nous contacter. Merci.

Il semble qu’il ait existé également, après la guerre, un baraquement préfabriqué, rue de la Viotte, dans le prolongement des entrepôts de la SERNAM, aujourd’hui démolis, qui accueillait les enfants des cheminots et du quartier pour leurs loisirs. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

Si vous avez des souvenirs de cette piscine, des documents d’époque, n’hésitez pas à nous contacter !

D’autre part, nous avons demandé à Grand  Besançon Habitat si des archives existent pour ces constructions. Nous ne manquerons pas de vous faire part de tous les renseignements nouveaux recueillis. Eventuellement en consacrant à ce lieu un second article.

Sources : Mrs. Bernard Besançon et Dominique Calame ; la coupure de presse, avec la photo, ont été découverts par M. Denis Arbey. Remerciements à tous trois.