Sa dernière exposition de photos de paysages de neige, à la mairie d'Arc sous Cicon, début 2017, était intitulée Arc en neige. Pour notre plus grand plaisir, en ces temps de froidure, notre ami Guy-Georges Lesart nous revient cette fois, dans notre et son quartier de Besançon, à l'ASEP,  avec une exposition de nouvelles photos intitulée "Mes toiles de neige"En fait, comme l'indique Guy, il s'agit d'un Retour sur le motif, dans la mesure où il y a 4 ans, il avait déjà réalisé une exposition sur ce thème, ne cachant pas... " son admiration pour les scènes d'hiver de notre Franche-Comté (arbres, forêts, personnages, matériel rural, monuments et cabanes en hibernation), sujets qui l'interpellaient lors de ses longues randonnées en ski de fond."

Guy précise : "Je n'ai pas le savoir-faire des artistes peintres et j'en suis frustré. Mais la neige m'offre de grands fonds blancs comme des toiles, me permettant de mettre en valeur à mon tour, tous les sujets qui m'attirent, et, modestement, les travailler".

Et il est précisé quant à cette nouvelle exposition : "...Ce retour traduit cette nostalgie du geste pictural. Il est retourné, en effet, souvent, tel un pèlerin, sur les lieux qui avaient fait le succès de sa première exposition, vers ses thèmes de prédilection et les a approfondis, parfois même "hors neige", à la "belle saison". Fidèle à la bivalence de sa création, il leur a dédié un recueil poétique qui sera en vente sur place pour ceux qui le souhaitent".

expo GGL 19 A (2)

Voici donc un de ces poèmes et quelques unes de ces photos.

Précisons que cette exposition se déroule donc dans les locaux de l'ASEP, 22 rue Résal, du 28 janvier au 16 février 2019. Elle est visible du lundi au vendredi de 9h00 à 20h00, et le samedi de 9h à 12h00.hetres 2

    (H)êtres aux « Granges brûlées » 

Être aux « Granges  brûlées »

         Brûlé par la beauté

         Regarder chaque  jour la cordillère  des  Alpes  filant d’Est en Ouest

         Regarder ses éclipses  de vapeur   alternée

hetres 3 automne

 

hetres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hêtre aux « Granges  brûlées »

         Regarder chaque jour   le  Jura  soulevé

         Chasseron,  Chasseral, observer   Métabief

         La noire se blanchir ou s’emplir de  cailloux

         Avoir  vue sur  Gilley  et sur son archipel 

         Observer  à ses pieds  les dolines  indolentes 

 

Hêtre  aux « Granges  brûlées »

          Immortel trois cents ans  

          Ne craignant que l’orage qui tape au  Crêt souvent

Hêtre aux « Granges  brûlées »

          Barrière  pour les vents 

          Protéger  les  pâtures de tout dessèchement

          Les    brouteuses  insouciantes

          Ignorant l’abattoir et ses horreurs  indignes

          Ne pas devoir paraître

          Ne pas devoir parlêtre

          Par lettres  n’avoir pas à  se pousser  des cols

          A jouer  les grands fûts des forêts dominants

 

Être  aux « Granges brûlées » un bel indifférent

         Élégant,  élancé 

         Toujours de dernière mode

         Contempler l’  éphémère   des humains s’acharnant

          Prolonger  ses racines  à  vingt pas   à la ronde

          Sans  que ciment malsain bloque  vos expansions

          Verdoyer en été de mousse  en opaline

          Rougir  comme  le  vin  aux automnes naissants 

          Puis se montrer  tout nu  sans  gêne   retenue

          Fier de son  moi  profond  assumé, « décidu »

          Avant  que  l’hiver long  ne  vous     signe  de blanc

hetre 4 hiver

 

Hêtre aux « Granges  brûlées »

          Voir  les coucher solaires  plonger au cœur du  Crêt

          Chanter à l’unisson des bises alémaniques 

           N’être   déraciné,  ne regretter son socle

           Réchauffer  les  foyers  dans  ses derniers instants

           Ignorer le mal être

                                   De l’être ou ne pas L’hêtre 

                                                           That is not a question

                                                                             GGL 2016

hetre 5 gd auberson