Ils doivent être tout de même  nombreux, les bisontins, à se souvenir que les locaux de la médecine du travail ont été situés, durant de nombreuses années, au 16 rue de la Viotte, aux Chaprais

medecine du travail 4 vue géné 1978

Car, en 1978, il y a donc un peu plus de 40 ans  date de l'inauguration des locaux construits à cet usage, quelques 40 000 salariés bisontins et du Doubs étaient "...confiés à la surveillance de la mèdecine du centre : 8 médecins à temps plein, 2 à mi-temps et 2 à plein temps dans le haut Doubs, et ce pour 2 800 employeurs".

médecine du travail accueil 5

L'accueil en 1978

Un article paru dans le journal l'Est Républicain, le 20 juin 1978,rendait alors compte, quelques jours, de l'inauguration de ces locaux et livraient ces chiffres.

medecine du travail 3

On apprend également, à la lecture de cet article non signé, mais illustré des photos de Bernard Faille, que l'association comtoise de médecine du travail fut créée à Besançon en 1943 et son premier président, qui assistait d'ailleurs,  en 1978,  à l'inauguration des nouveaux locaux de la rue de la Viotte, était M. Maurice Coulon.

En 1978, le président est M. Michel Bourquenez qui déclarait alors : "Si les effectifs des salariés ont augmenté de 6% chaque année, depuis 20 ans, en revanche le nombre de salariés confiés à chaque médecin a régulièrement diminué pour s'établir aujourd'hui à 3 200 salariés par médecin, soit un nombre inférieur de 15% à la moyenne nationale".

médecine du travail 5 M

Au centre : M. Bourquenez

Il est également précisé que "l'association outre l'immeuble de la rue de la Viotte utilise (alors) quatre centres médicaux annexes (celui du marché sera entièrement rénové cette année), deux centres médicaux mobiles et cinquante centres dans les entreprises, soit au total 57 points d'examens (un pour 700 salariés)."

Ils seront naturellement moins nombreux, les bisontins à se souvenir que cette médecine du travail était installée, à l'origine, en 1943, dans des locaux rue de la Liberté. A quel numéro ? Difficile à dire.L'annuaire Fournier de 1936 et 1946 indique que l'inspection du travail est alors au 17 rue de la Liberté. Faut-il penser que la médecine du travail était installée là ? Difficile à dire... Car l'immeuble du n° 17 est en fait la maison de paille dont nous vous avons conté l'origine dans un article publié le 13 janvier 2018.

 

maison de P 17 rue de la Liberté

La Maison de paille, 17 rue de la Liberté

Or le règlement intérieur de cet immeuble, s'il permettait des activités libérales, dont la médecine, interdisait les radiographies aux rayons X...A moins que ces radios se déroulaient ailleurs?...Nous faisons donc appel à vos souvenirs!

Rappelons également, pour mémoire, que le petit commissariat de police des Chaprais était répertorié 16 rue des Chaprais (actuel petit bâtiment inoccupé, place de la Liberté, dont le dernier occupant fut, il y a quelques années encore, l'association des Anciens Combattants).

Si vous avez des souvenirs en ce qui concerne les services de la médecine du travail installés dans notre quartier, voire les personnalités citées dans cet article, faites nous en part. Témoignez vous aussi de ce passé récent! Nous vous en remercions par avance.

Home Services pm 01 (2)

Aujourd'hui le bâtiment est devenu un Home l'Ordonnance

 

home ordonnance

Photos Bernard Faille (mémoirevive Besançon), Alain Prêtre, JCG.

Pour faire suite à cet article, nous avons reçu, peu après sa publication, une précision historique de notre ami Guy Renaud, qui habite les Chaprais et qui connaît très bien notre quartier et notre ville. Voir ci-dessous.

Avant son installation rue de la Viotte, la médecine du travail a connu une troisième adresse aux Chaprais : 2 rue Isenbart et ce jusqu'en 1967. Voici le photo-montage explicatif réalisé par Guy.

Médecine du Travail avant 1968 (2)

 Après la démolition de ce bâtiment, et avant 1978, qui peut nous dire où se déplaça le service de la médecine du travail ?

Outre cette belle carte publicitaire sur la Gangloff permettant de situer le 2 rue Isenbart, on remarquera sur la carte postale ancienne, au 1 avenue Denfert Rochereau: les réverbères sur les trottoirs, l'enseigne et la précision Maison L. Barchet :eaux gazeuses, liqueurs et spiritueux... Sans oublier l'autre cartouche peint sur la façade de l'immeuble et indiquant : Maison horlogère franco-suisseDe nouvelles pistes de recherche en perspective! Merci à notre ami Guy Renaud!

 

J.C.G.