Il y a 20 ans, le sculpteur Jens Boettcher, installé à la fin des années 70 dans un atelier de la rue de la Rotonde (succédant au peintre verrier André Seurre mort en 1977), faisait un don important de 19 sculptures et de 17 dessins à la ville de Besançon!

andré seurre atelier 7

L'ancien atelier de la rue de la Rotonde

L'ensemble de ce don est alors estimé à plus de 1 280 000 F. Ce qui fait dire à M. J.C. Duverget, alors conseiller municipal de Besançon :

"Je crois qu'il s'agit là d'un événement culturel pour la Ville de Besançon. c'est l'événement culturel parce que nous avons dans cette ville des artistes de grand renom et nous ne faisons pas suffisamment parler les oeuvres d'art de ces artistes. or la sculpture est sans doute ce qui s'adresse le plus directement et avec une certaine provocation, dans le bon sens du terme, aux citoyens. Nous manquons actuellement dans cette ville de lieux où présenter les sculptures. Certains sculpteurs d'ailleurs ne manquent pas de dire que la sculpture était le premier des arts; ensuite est venue l'architecture parce qu'il fallait protéger les sculptures. Alors on en est peut-être un peu là. Saluons donc l'initiative de Jens BOETTCHER, initiative sans précédent pour la ville de Besançon depuis la collection BESSON pour le Musée des Beaux Arts".

Mais qui est ce sculpteur toujours vivant aujourd'hui ? 

Jens B 1

Jens Boettcher, juin 2019, Saint-Sauveur (DR)

Il est né le 10 février 1933 à Essen, en Allemagne. Son père est un chirurgien éminent et sa mère pratique le dessin. A quatre ans sa famille s'installe à Berlin. A 6 ans son père l'emmène à une expostion de sculptures à Postdam qui provoque en lui une forte impression. La guerre éclate et le sépare de ses parents car il est embrigadé dans un camp d'enfants de troupe en Pologne. Il s'enfuit et revient à Berlin où la maison de famille est en ruine. Mais il retrouve sa famille. Rebelle à la discipline scolaire il devient apprenti dans une forge industrielle de la banlieue de Berlin.  Puis il entre à l'Ecole des Arts Décoratifs de Berlin où il obtient un diplôme d'état de forgeron. En 1955 il est admis à l'Ecole des Beaux Arts de Berlin. En 1958, encore élève, il exécute pour le sculpteur Schreiter, un Christ en fer fotgé de 4 mètres de haut pour l'église de Charlottenburg de Berlin. L'année suivante il obtient son diplôme de maître sculpteur. Il rencontre alors à Berlin une doloise, Chantal Leculier, venue s'initier à l'art de la poterie. Il l' épouse en 1966. En 1967 naît leur premier enfant, Laurence. L'année suivante, à l'occasion de vacances dans le Jura il décide de s'y installer. En 1974, il acquiert la nationalité française et l'année suivante il devient professeur à l'Ecole des Beaux Arts de Besançon (jusqu'en 2002).En 1980, il obtient le prix de la ville de Besançon. les commandes publiques affluent : la Levée pour le CES de Valdahon (1975), sculpture ornementale pour la subdivision EDF-GDF de Dole (1977), les Commères pour la ville de Dole  (1982), la Source (place Victor Hugo) en 1997,  le Minotaure en 2001, etc.

Jens B 4

Maquette du Minotaure exposée à Saint Sauveur

minautore2 jpg

minotaure gelé

Malheureusement, les conditions du donateur quant à l'exposition de ses  oeuvres à Besançon ne peuvent être remplies et Jens Boettcher récupèrera ses oeuvres.

 A la fin du mois de juin de cette année, une rétrospective de ses oeuvres a été organisée à la fonderie d'art de Saint Sauveur, en Haute-Saône.

jb 001 (2)

Le petit catalogue édité à cette occasion est illustré, entre autres par 42 oeuvres conçues dans son atelier de la rue de la Rotonde, atelier aujourd'hui disparu au profit d'une construction.

Jens B 2

Holocauste (1993)

Et parmi les oeuvres exposée à Saint Sauveur figurait cet ensemble intitulé "La Pieta des Chaprais" datée de 1982.

Jeans B 6 pieta

la Pieta des Chaprais

Souhaitons à cet artiste éminent  encore de longues années de création, même si désormais, ayant quitté Besançon, il est installé dans le Sud de la France.

Toutes les photos ont leurs droits réservés.

J.C.G.