Nous avons retrouvé cet article paru dans le quotidien Le Comtoisle 12 juillet 1954 et rendant compte de la fête organisée dans le quartier le dimanche 11 juillet 1954. Et ce, sous le tire

Les réjouissances chapraisiennes ont attiré hier la grande foule

"Une fois de plus, mais pour la dernière fois peut-être, on a pêché place Flore… et du vrai poisson. Avec cette pêche miraculeuse dans les vasques de la fontaine des Chaprais, et Chaprais nage, chaque année, en plein divertissement. Cette manifestation rassemble toujours une foule d’amateurs et de curieux. Hier matin encore, pour cet exercice de style, les abords de la place Flore étaient noirs de monde et l’ont refusait des concurrents. Le poisson, lui, ne se refusait pas, éternelle victime d’un jeu un tant soit peu barbare.

réjouissances chapraisiennes

 

Consultez plutôt les règles du jeu, et ne vous souciez plus après d’adhérer à la Société Protectrice des Animaux. Il est vrai que si Dieu ne protège plus le tsar, il a pour M. Daniels, libre maire des Chaprais, une prédilection particulière.

C’est pour cette raison, sans doute, que Daniels peut entreprendre de marcher sur les eaux… de la fontaine Flore et permettre à ses administrés de pêcher avec des gaules de fortune. Ce n’est pas au poisson qu’il appartient de donner son avis, au poisson pêché, rejeté à l’eau, pour être repêché ensuite, et ainsi de suite, jusqu’au moment où, le concours terminé, on le sort de l’eau, les nageoires devant, afin de le vendre à l’encan.

Flore verticale

En fait de gaule, des bâtonnets qui se brisent. En fait d’amorces, des crochets sans mouches et sans asticots. Parce que les amorces, voyez-vous, c’est cher. Le poisson n’a qu’à passer à la soupe populaire.

Le maire, la municipalité et les administrés des Chaprais forment une famille où les traditions sont respectées même et surtout celle de l’humour. Parmi les concurrents, des gamins hauts comme trois pommes « gaulaient » mieux que les anciens. Et le palmarès, assez long, ne les oublie pas :

MM. Ardiet (17 poissons) ; Robez (15) ; Faye (6) ; Hamel (5), Petolat (5), Bernard (2), Bergeant (2), Blanchot (2) autant de valeureux pêcheurs tout fiers de leur exploit.

réjouissances chapraisiennes 2

Place restait au corps des pompiers Chapraisiens et à leur maison en carton-pâte. Ce fut un véritable feu de joie qui se déroula naturellement, sous le regard ahuri du colonel des pompiers. C’est un jeu, aux Chaprais, que d’assister impuissant au déroulement d’un incendie, en pompant pourtant, en pompant toujours, par acquit de conscience, sur une pompe dont Néron aurait doté Rome. La pompe n’est pas refoulante. Car le libre maire des Chaprais a trouvé mieux. Il a inventé la pompe aspirante. Et pendant que les pompiers, noyés sous l’eau, véritable arroseur arrosé, la maison en papier brûlait, brûlait comme de l’encens, avec un léger goût de soufre. Parce que s’il ne faut tout de même pas comparer Daniels avec Néron (les pompiers de Besançon veillent), on peut quand même lui accorder d’avoir beaucoup inventé et notamment une machine à tout casser, destinée à chasser les nuages de grêle.

daniel-s3 (2)

Le maire de la Commune libre des Chaprais : Daniels

Daniels et son adjoint Benderitter ont doté leur anti grêle d’une poudre de leur invention. La poudre d’escampette. Les pétards ont fusé pendant que les vaillants pompiers s’éparpillaient comme des lapins retrouvant leur courage pour la remise des décorations.

Ce troisième acte de la comédie chapraisienne s’est déroulée avec le faste coutumier. La décoration du jour ce fut l’ordre de la noix… de coco dont l’adjoint Benderitter décora Daniels.

Mais, voyez-vous, chapraisiens fervents et amis de l’humour, sans que vous vous en doutiez, la pêche d’hier matin a été, peut-être la dernière de l’histoire des Chaprais.

Les projets d’urbanisme sévères et hypocondres (qui n’ont pas le temps, tout simplement d’aimer l’humeur) ont fait table rase de la fontaine ou les chapraisiens viennent pêcher une fois l’an. La fontaine de la place Flore disparaîtra sans doute d’ici l’an prochain. Il ne restera plus au libre maire qu’à suivre l’exemple célèbre de Don Camillo emportant la croix de l’église qu’on lui enlève. Nous verrons, un de ces jours, et ce sera le « gag » le plus sensationnel de l’histoire des Chaprais, Daniels prendre la fontaine Flore sous son bras pour aller la replanter sur la place de la liberté.

Les Chaprais valent bien un miracle".

Les prédictions étaient donc exactes.

En effet, on relève dans les délibérations du Conseil Municipal du 26 juillet 1954 « …il  faut se résoudre à supprimer la fontaine de la place Flore pour permettre les travaux d’aménagement de cette place… ».Date prévue automne 1954

Et plusieurs suggestions sont faites pour remplacer en lieu et place cette fontaine : un sens giratoire, des WC  souterrains,un jet d’eau mais il est évoqué un autre projet de jet d’eau lumineux, à la pointe de l’île aux moineaux, susceptible de concurrencer celui de Genève…

Est exprimée alors la volonté de la réinstaller dans un quartier extérieur à la Boucle.

Coût : 340 000 F. Les travaux sont effectués par l'entreprise chapraisienne Pateu Robert.

Puis, lors Conseil municipal du 28 mars 1955 figure à l'ordre du jour la question : Réinstallation de la statue Flore

« ..l’administration municipale s’est préoccupée de trouver un nouvel emplacement pour réinstaller la statue Flore que les nécessités de la circulation ont conduit à supprimer des Chaprais »…

Le lieu choisi est la place des Tilleuls, à Palente,  côté rue des Roses.

« Elle sera remontée sur la colonne compris son pied et sa corniche qui surplombait la fontaine des Chaprais ».

Coût 120 00 F. Adopté à l’unanimité.

FLORE à Palente (2)

Flore place des Tilleuls à Palente

A noter que la dernière ligne de tram, celle des Chaprais qui passe par la place Flore est supprimée en 1952. Donc Flore a vu cette dernière rame passer….

Enfin, rappelons que si la fontaine ne fut pas transportée place de la Liberté, la statue Flore devait s'y rendre le temps des travaux du tram et y rester le temps que ces travaux d'aménagement soient terminés, et ce, soyons précis,  du 18 avril 2012 au 18 décembre 2013....

flore place lib automne reduite pour énugme

Flore place de la Liberté

Sources : archives municipales; photos DR.

JCG