18 mars 2017

Jacques Terrier, Baron de Palente

Pourquoi évoquer dans cet article, un général, devenu Baron d’Empire, qui possédait un château à Palente ?   Portrait du Baron à l'Hôtel de Clévans Tout simplement parce que sa tombe est très visible au cimetière des Chaprais (entrée par la rue de l’Eglise, face à cette entrée légèrement à droite).   Mais également parce que  sa fille Léocadie qui avait épousé Joseph Roy, percepteur, habitait en 1874 les Chaprais. D’ailleurs elle sollicitait à cette époque un bureau de tabac, rue de Belfort,  et nous... [Lire la suite]

11 mars 2017

Le haut de le rue de Belfort, 3° thème du café histoire du 23 mars 2017

Le 6 octobre 2016, le groupe Histoire, Patrimoine, Mémoire de Vivre aux Chaprais a organisé son premier café histoire consacré à l’histoire de l’avenue Fontaine-Argent (au café restaurant Le Fontaine Argent). Devant le succès de cette initiative, un second thème était choisi : l’histoire de la place Flore (au café restaurant Le Flore) les 8 et 15 décembre 2016.  Plus de 150 personnes ont participé à ces initiatives qui reprennent ce printemps 2017.  En changeant de thème et de lieu, en explorant le quartier :... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 mars 2017

Lip durant la seconde guerre mondiale

N'oublions pas que l'usine LIP dite de la Mouillère est installée aux Chaprais depuis 1897 (voir article précédent "Les années Lip aux Chaprais" publié le 22 novembre 2014). La concernant, nous avons trouvé ce communiqué paru, au cours de l'année1945, dans un numéro de la revue LA FRANCE HORLOGERE.  Cette publication, jusqu'à sa disparition en 2008, était destinée aux horlogers bijoutiers. Elle était éditée par la famille MILLOT qui fit paraître de 1883 à 1944 le quotidien Le Petit Comtois.     Le texte que... [Lire la suite]
25 février 2017

La maison historique des numéros 19/21 de la rue des deux Princesses

La maison historique située aux 19/21 de la rue des Deux Princesses a été vendue à deux particuliers (voir à ce sujet l’article publié sur le site Vivre aux Chaprais, le 22 juillet 2016). C’est l’ancienne propriétaire elle-même qui nous en a informés. De quand date cette maison ? Difficile de donner une date précise en absence de documents officiels. Elle a certainement été construite à la fin du XVIII° siècle ou au tout début du XIX°.   Nous avons découvert aux archives municipales de la ville un plan géométrique d’un... [Lire la suite]
18 février 2017

Qui se souvient d'André Seurre, peintre verrier? Deuxième article

Le premier article concernant André Seurre a été publié sur ce blog, le 21 février 2015. Nous en avons reparlé quelques fois dans d'autres articles concernant le 13 rue de la Rotonde, là où était son atelier qui a été définitivement rasé afin de laisser la place à la construction, en cours, d'un petit immeuble. Ancien atelier d'André Seurre 13 rue de la Rotonde   A la place, aujourd'hui un chantier de construction d'un petit immeuble   Depuis cet article, nous avons beaucoup progressé dans la connaissance (premiers... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 février 2017

De la rue Delavelle Victor,notaire, à Victor Delavelle, maire.

Dans un article précédent publié le 24 décembre 2016, nous avons essayé de dresser le portrait de Victor Delavelle, maire de Besançon de 1881 à 1884.   Photo ville de Besançon (DR) Afin d'illustrer cet article, la photo de la plaque indiquant la rue Delavelle avait été insérée. Et deux chapraisiens plus attentifs que nous (encore merci à eux...) avaient signalé les contradictions entre les deux  plaques comme vous pouvez le constater sur ce photomontage de Guy Renaud, membre du groupe Histoire, Patrimoine, Mémoire des... [Lire la suite]

04 février 2017

Arc en neige : une exposition de photos de Guy Georges Lesart, à la mairie d'Arc sous Cicon

    Guy Georges Lesart est membre du groupe Histoire, Patrimoine, Mémoire de Vivre aux Chaprais. A ce titre, il a créé le diaporama projeté lors du premier café histoire sur l'avenue Fontaine-Argent ( le 6 octobre 2016 ). Nous avons publié cet été (le 20 juillet 2016) des photos réalisées par Guy, accompagnées d'un poème. Il récidive pour notre plus grand plaisir. Il expose, ces mois d'hiver (jusqu'au 4 mars), dans une très belle salle voutée que la mairie d'Arc sous Cicon a restaurée et qu'il inaugure... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 janvier 2017

La compagnie de chemin de fer de Dijon à Besançon ou les aventures des bisontins dans le chemin de fer....et la gare Viotte

Une compagnie de chemin de fer s'est constituée, à Besançon,  fin 1851 et obtint, suite au décret du 12 février 1852, l'autorisation de construire la ligne Dijon-Besançon. Si de nombreux "capitalistes" bisontins investirent dans cette société, ils sont loin d'avoir été les seuls et ils sont rejoints par des investisseurs de toute la France. L'universitaire Claude Fohlen qui a beaucoup oeuvré afin d'établir une Histoire de Besançon, donne la liste détaillée de ces investisseurs, dans une communication à la Société d'Emulation du... [Lire la suite]
21 janvier 2017

Quand le monument Pergaud faillit disparaître 3° et dernier article 1942-1946

Nous l'avons évoqué dans le premier article consacré au monument Pergaud, c'est M. Charles Léger qui avait pris contact avec Antoine Bourdelle pour sa conception. Et dans un courrier qu'il adressa alors à ce commanditaire, le sculpteur Bourdelle écrivit :  "En plusieurs séances de jour, sur ma table de salle à manger, en plusieurs longues séances de nuit, j'ai taillé dans le tuf souple, dans une sorte de limon blanc découvert dans l'angle d'un champ, dans un fossé au tournant d'un chemin de la Roche-Posay. J'ai taillé notre... [Lire la suite]
14 janvier 2017

Quand le monument Pergaud faillit disparaître du parc Micaud 2° article 1941/1942

Nous sommes donc en 1941. La loi de Vichy du 11 octobre 1941,  ( voir à ce sujet l'article consacré à Flore, le 17 décembre 2016, sur ce blog), destinée à récupérer des métaux non ferreux, pour le compte de l'occupant allemand, va être appliquée avec rigueur. Pourtant, le 7 novembre 1941 la commission départementale est réunie à Besançon afin d'étudier les monuments, érigés dans des espaces publics, qui doivent être envoyés  à la (re)fonte ou, tout au contraire être conservés. Est inscrit comme devant échapper aux fondeurs,... [Lire la suite]