08 février 2019

Les chaises de Saint Martin des Chaprais

Non, il ne s'agit pas d'un remake de la célèbre pièce de théâtre  d'Eugène Ionesco, mais d'un épisode de la vie de la paroisse Saint Martin des Chaprais... Cette question est évoquée dans le bulletin paroissial de Saint Martin des Chaprais de janvier 1946. Mais il semble que ce problème soit latent depuis plusieurs mois voire plusieurs années! De quoi s'agit-il? Les paroissiens ont la possibilité de louer des chaises pour les offices religieux à l'église Saint Martin. Et cela ne semble pas très cher : 20 sous par mois! Mais... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2019

Une nouvelle exposition photos de Guy-Georges Lesart, à l'ASEP

Sa dernière exposition de photos de paysages de neige, à la mairie d'Arc sous Cicon, début 2017, était intitulée Arc en neige. Pour notre plus grand plaisir, en ces temps de froidure, notre ami Guy-Georges Lesart nous revient cette fois, dans notre et son quartier de Besançon, à l'ASEP,  avec une exposition de nouvelles photos intitulée "Mes toiles de neige". En fait, comme l'indique Guy, il s'agit d'un Retour sur le motif, dans la mesure où il y a 4 ans, il avait déjà réalisé une exposition sur ce thème, ne... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 janvier 2019

Le stationnement payant, rue de Belfort, a quarante ans...

C'est au cours du conseil municipal du 28 avril 1978 que le principe du stationnement payant rue de Belfort fut débattu et adopté.  Article Est Républicain 3 mai 1978 Voici ce que l'on peut lire dans le compte-rendu officiel des délibérations de ce conseil municipal: "M. l'Adjoint FRACHEBOIS, Rapporteur, expose que la Ville a été sollicitée par un certain nombre d'habitants de la rue de Belfort qui souhaitent l'instauration du stationnement payant dans la partie commerçante de cette voie. Actuellement, le stationnement... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 janvier 2019

Le CETEHOR quitte les Chaprais en 1962. Du CETEHOR à Francéclat

En 1954, le CETEHOR s'est intéressé aux applications horlogères du transistor. Et en 1962, c'est le grand déménagement du 16 de l'avenue Carnot. Des locaux nouveaux sont construits au 39 avenue de l'Observatoire et sont inaugurés le 6 novembre 1962.Le nouveau bâtiment de 3 000 m2 est intégré dans l'ensemble scientifique de la Bouloie.   C'est toujours André Donat qui est le directeur de ce centre et on le voit ici, sur cette photo de l'équipe du CETEHOR de 1962, en blouse blanche, au centre d'une trentaine de membres du... [Lire la suite]
12 janvier 2019

La création du CETEHOR en 1945 et l'industrie horlogère bisontine à cette époque

Rappelons les origines de ce CEntre TEchnique de l'industrie HORlogère (cetehor) précisées dans l'article paru la semaine dernière, sur ce blog. Et ce, en quelques dates : 1938 : création à l'école d'horlo du Bureau d'Etudes Horlogères (BEH); 1940 : création,par le régime de Vichy du Comité d'organisation de l'industrie de la montre (COMONTRE) et du comité d'organisation de l'industrie horlogère (COHOR); 1941 : le Comontre s'installe 16 avenue Carnot. Son directeur nommé par les autorités de Vichy est M. Marcel Beucler; le... [Lire la suite]
05 janvier 2019

Qui se souvient du CETEHOR installé, jusqu'en 1962, 16 avenue Carnot?

Tout d'abord, que signifie ce sigle CETEHOR ? L'entrée du CETEHOR, 16 avenue Carnot L'ancien  bâtiment du CETEHOR dans la cour du 16 avenue Carnot Il s'agit du Centre Technique de l'Industrie Horlogère. Il est né, officiellement, le 12 février 1945 d'une fusion volontaire du Comité d'Organisation de l'horlogerie " COHOR " (qui concernait l'horlogerie de gros volume : réveils, pendules,  horlogerie technique et industrielle) et du comité d'organisation de l'industrie de la montre " COMONTRE " . En fait,... [Lire la suite]

29 décembre 2018

Fantine et le gilet jaune...

Si vous passez rue des Cras, vous ne pourrez pas manquer la sculpture réalisée par Dominique Calame, sculpteur reconnu : celle de cette femme implorante  qu'il a affublée, en signe de solidarité, d'un gilet jaune. C'est une image symbolique en cette fin et ce début d'année nouvelle! Renseignements pris, il s'agit du personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo : Fantine, la mère de Cosette. Réalisée à l'occasion du bicentenaire de la naissance du grand homme, Dominique Calame l'avait remisée dans ses réserves et... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 décembre 2018

Mai 1968 : l'occupation de la Faculté des Lettres de Besançon, vue des Chaprais

Nous avons peu évoqué mai 68 à Besançon. Le chapraisien Alain Prêtre, a bien évoqué, dans un article paru sur ce blog le 19 mai 2018 "son mai 68" alors qu'il était au service militaire au 19° régiment de Génie à Besançon. Mais c'est tout... Et pour cause : l'essentiel se déroulait en dehors de notre quartier, dans la Boucle. Certes quelques usines des Chaprais avaient suivi le mouvement et étaient en grève. Mais lorsqu'il s'agissait de manifester, tout le monde se retrouvait au centre ville. Une anecdote a cependant retenu... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 décembre 2018

50 portraits de femmes franc-comtoises, un livre de Madame Eveline Toillon

L’historienne Eveline TOILLON, habitant notre quartier des Chaprais, est bien connue des bisontins pour ses nombreux ouvrages sur l’histoire locale (dont « Les rues de Besançon » publié chez Cêtre, réédition en 2019 ?). Elle vient de publier « Femmes dans l’Histoire : Franche-Comté » aux éditions Alan Sutton. Il s’agit là de portraits de … « femmes représentatives de leur région…./… Le choix pourrait être tendancieux. On peut être tenté de ne parler que des plus nobles, des plus généreuses,... [Lire la suite]
08 décembre 2018

Guy Boley, romancier, est un enfant des Chaprais...

La semaine dernière, par deux fois, l’écrivain Guy Boley est venu à la rencontre des habitants dans notre quartier des Chaprais : tout d’abord au Café des Pratiques, puis le lendemain, au CDN en clôture du festival littéraire régional Les Petites Fugues (dont c’était la 17° édition). Ce festival a mis en lumière, grâce aux nombreuses rencontres proposées dans la région, quelques 20 auteurs, dont précisément « notre » Guy Boley. Dans un article publié samedi dernier sur le site de Vivre aux Chaprais, vous pourrez lire... [Lire la suite]