08 août 2018

La folle équipée de M. Henri Mathey : la débâcle allemande

Après trois mois passés à Lisbonne, dans l'attente d'un bateau pour l'Angleterre, M. Henri Mathey, alias Harry Stevenson, rejoint un port écossais, puis Londres où il est incorporé sous son vrai nom dans les Forces Françaises Libres, armée de l'air, en compagnie de son copain Pierre Pierre qui l'a incité à choisir cette arme...Voici donc le dernier article qui clôt le récit de M. Henri Mathey paru dans la revue Icare! " La débâcle allemande Nous sommes en avril 1945. Les armées soviétiques progressent, notre camp est évacué en... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 août 2018

La folle équipée de M. Henri Mathey...Avril au Portugal avec Harry Stevenson....puis Londres, enfin!

M. Mathey est parvenu à l'ambassade d'Angleterre à Lisbonne. En compagnie d'une Polonaise que la police portugaise avait arrêtée puis libérée en même temps que lui. Polonaise qu'il ne devait plus revoir après son interrogatoire par les services anglais. "Avril au Portugal  (alors fameuse chanson d'Yvette Giraud  (paroles:  Avril au Portugal, A deux c'est idéal, Là-bas si l'on est fou, Le ciel l'est plus que vous, ...).   Convaincue de ma bonne foi, l'ambassade après m'avoir remis quelques... [Lire la suite]
01 août 2018

La folle équipée de M. Henri Mathey : la rencontre avec une mystérieuse polonaise...

M. Henri Mathey a réussi l'exploit de se rendre en Espagne, en traversant les Pyrénées. Mais de Barcelone à Madrid, empruntant le train, il ne parvient pas à convaincre consul et ambassadeur d'Angleterre, de le transférer dans leur pays afin de rejoindre De Gaulle et ainsi combattre.... "Une mystérieuse polonaise Me voilà dans un nouveau train  jusqu'à Badajoz, dernière ville frontière avant le Portugal, usant de la même ruse pour échapper aux contrôles. Après une nuit de marche, je franchis aisément la frontière, fatigué, mais... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 juillet 2018

La folle équipée de M. Henri Mathey...Retour en arrière : octobre 1940.

M. Henri Mathey se retrouve donc prisonnier dans un camp avec des milliers d'autres pilotes de l'aviation britannique. Ses longues journées de captivité sont propices à une réflexion sur son passé.... "Retour en arrière : octobre 1940 A Dijon, en Octobre 40, j'entame une seconde année à L'Ecole supérieure de commerce. Avec quelques amis étudiants je nourris le projet de partir en Angleterre...Ceux-ci, pour diverses raisons, ne donnent pas suite et me lâchent. Qu'importe! Je décide de partir seul, résolu à ne pas demeurer passif,... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 juillet 2018

M. Henri Mathey : la folle équipée, suite 1

Dans l'article précédent, M. Henri Mathey engagé volontaire dans les Forces Aériennes Françaises Libres, passé par les écoles de formation de la R.A.F (Royal Air Force britannique), effectuait aux commandes de son Spitfire une mission de protection d'une opération alliée au-dessus de la Hollande occupée.Il fut alors abattu par la DCA allemande mais put se poser en catastrophe sans blessure et se cacher...     " A cause d'un grand pull-over blanc Vêtu de ce grand pull-over blanc, à col roulé, fourni par la RAF, si... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
07 juillet 2018

Histoire d'un héros : Henri Mathey...

Nous avons choisi pour ce premier feuilleton de l'été, d'évoquer la mémoire de M. Henri Mathey né à Besançon le 15 juin 1919 dont la famille dirigeait l'entreprise commerciale bien connue des bisontins, puisqu'il s'agit des Docks Franc-comtois (puis s'ajoutent les docks bourguignons, et d'autres sociétés) avant de devenir la CEDIS. Il fut lui-même un de ses dirigeants. Le siège et une partie des entrepôts étaient alors installés 8 rue des Docks, voie désormais intitulée boulevard Diderot. Il habitait Bregille et le... [Lire la suite]

23 décembre 2017

Le destin d'une montre....des Chaprais : un vrai conte de Noël ?

Nous avons reçu de M. Jacques Souèges, le récit suivant. rappelons que la rue des Docks où il habitait alors qu'il était enfant, est aujourd'hui le boulevard Diderot. Ce sera, cette année, notre beau conte de Noêl! Le 3 septembre 1939, suite à l'agression de la Pologne, l'Angleterre puis la France déclarent la guerre à l'Allemagne. 10 mois plus tard, le dimanche 16 juin 1940  à 7 heures du matin, les troupes allemandes entrent dans Besançon. Nous habitions alors au 22 rue des Docks, à Besançon. J'avais 6 ans.  Yvan... [Lire la suite]
03 janvier 2015

La fabrique de tuiles Saillard aux Chaprais

Belle découverte que celle de cet habitant de Chantrans, mr. Michel PROST. Il a découvert dans un ensemble de tuiles déposé près d'un bâtiment agricole, cet exemplaire de la tuilerie Saillard qui indique clairement et fièrement TUILERIES DE FRANCHE-COMTE CHAPRAIS BESANCON. Vous remarquerez la garantie de 20 ans contre le gel et l'imperméabilité à la neige! Bien sûr, on est en Franche-Comté où les hivers furent alors plus rudes que ceux d'aujourd'hui. Grâce à notre ami Christian Mourey, féru d'histoire locale, et à un annuaire deu... [Lire la suite]
Posté par vivreauxchaprais à 06:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 juin 2014

Qui se souvient des docks franc-comtois?

Qui se souvient des magasins de quartier des docks franc-comtois? Ces épiceries à succursales multiples, comme celle que l'on voit sur cette carte postale ancienne (au coin de la rue Charles Fourier et de la rue de Belfort), ont été fondées par Joseph Mathey et son cousin M. Galland en 1912. Un membre de chaque famille assurait conjointement la direction de cette société anonyme. Dès 1913, on compte déjà 59 succursales dans la région, 125 en 1925 et 154 en 1930! Son chiffre d'affaires est alors, à cette dernière date, de 74 millions... [Lire la suite]
09 novembre 2013

Les casernes militaires des Chaprais....

En cette période de commémotation de l'armistice du 11 novembre, nous avons choisi comme thème du billet du patrimoine du week-end de traiter de la présence militaire aux Chaprais.Au début du XX° siècle, notre quartier comptait deux casernes. La première avait pour nom la caserne des Chaprais et était située rue des Docks, l'actuel boulevard Diderot. Comme en témoigne cette vieille carte postale, elle a également été surnommée "caserne de Manutention Militaire" avant de prendre le nom de caserne Lecourbe. Il n'en reste aucun... [Lire la suite]