Nous avons reçu de nouvelles précisions concernant cette marque, de la part de Claude Nappey, le fils du fondateur. Nous publions avec plaisir son message et nous l'en  remercions vivement ainsi que pour les documents qu'il a bien voulu nous communiquer....

 

montre nappey femme"Mon père a créé les Montres NAPPEY au 20 rue de Vittel et l'article que vous y avez consacré en 2013 mérite quelques précisions (Je viens seulement de le lire par hasard). La notoriété de la marque est le fruit d'une idée géniale de notre père qui a appelé RTL pour proposer une montre en or pour chaque Reine d'un Jour et 4 montres en argent pour les dauphines. C'est tout ce que cela a coûté à l'entreprise pour une PUB NATIONALE.: imaginez ce que cela coûterait en 2016 !
Suite à l'ouverture du Marché Commun en 1958, des Sociétés suisses ont voulu s'associer à une grande marque française et sont allés trouver LIP qui a refusé. Ils sont alors venus voir NAPPEY et, ensemble, ils ont créé HEUROPLAN, en conservant les marques connues du public.

napey heuroplan pub
Ce n'est pas parce qu'ils ne croyaient pas au Quartz qu'ils se sont "plantés", mais parce que les Suisses ont amené dans l'affaire, leurs filiales françaises, avec des tas de Directeurs, fils ou gendres des patrons suisses.  En rentrant du premier Conseil d'Administration à Paris, mon père m'a dit : "C'est foutu ! Les frais généraux avec les salaires de tous ces Directeurs vont exploser". Ce fut le cas, avec le dépôt de bilan le 21 Septembre 1962 (veille de mon mariage). Mon père s'était porté caution, auprès des banques, sur la totalité de ses biens. Notre famille fut donc totalement ruinée. Mais on était encore dans les Trente Glorieuses : à ma connaissance, tout le personnel put retrouver rapidement du travail et notre père repartit à zéro à 53 ans (aussi grâce à l'aide de deux Chapraisiens : le pharmacien Henri Rapin et le docteur Paul Laugier, notre voisin au 18 rue de Vittel) en développant le Cabinet Seiler. Heureuse époque finalement,  d'autant que nos parents, avec leur grande sagesse de Haut-Doubistes, nous avaient élevés en toute simplicité, de sorte que l'ambiance familiale n'a pas eu à pâtir de leur ruine.
Notre père fut Conseiller Municipal d'opposition sous "l'ère" Minjoz (auquel il vouait un profond respect) et candidat aux sénatoriales en 1959.
Pour l'anecdote : il était membre du comité directeur du RCFC foot (représentant la Municipalité), du comité directeur du PSB (par conviction) et membre fondateur du Concordia Damprichard : les rencontres entre ces trois clubs nous déchiraient le cœur !

 

nappey décèsAutres précisions :

 Notre famille a toujours de la reconnaissance pour messieurs Rapin et Laugier, mais je ne suis pas sûr qu'ils auraient accepté que leurs noms soient mentionnés. 

Nous avons évidemment des photos et autres documents, mais comme vous avez évoqué la "Reine d'un Jour", je vous joins celle parue dans la République de l'Est du 18 Mars 1954 où l'on voit "Maman CAT" (qui rappellera des souvenirs aux "Anciens" qui écoutaient l'émission) et mon père (le plus souriant sur la photo !) qui entourent Mlle Riduet,  la Reine d'un Jour de Besançon.

Napey Reine d-un jour

 

L'article paru dans l'Est Républicain de 2001, annonçant le décès de mme Adrienne Nappey est reproduit ici, avec l'aimable autorisation d'Annette Vial.

 

 

 

 

Concernant le Tour de France, pour lequel Nappey a été chronométreur officiel en 1957 et 1958, je remplaçais avantageusement ( du moins"pour moi", bien sûr, jeune sportif de 20 ans...), mon père en tant qu'invité.

Tour de France

Sur le site ci-dessous, vous trouverez des infos qui indiquent que les "Montres NAPPEY" ont contribué avec quelques autres annonceurs à lancer Goscinny et Uderzo qui connaitront une renommée mondiale avec Astérix ! 

http://leblogdujournalpilote.blogspot.fr/2012/07/2-chronologie-du-journal.html

 

 

 

 

 

 

 

Napey jeannot n°1

Ci-dessus le journal de bandes dessinnées Jeannot n°1 d'Uderzo et Goscinny sponsorisé par les montres Nappey.Ci-dessous, buvard publicitaire.

Enfin,  j'ai rencontré un jour par hasard Georges Bidalot qui a tenu une rubrique intéressante sur l'histoire locale à Radio France Bleu Besançon et il m'a dit avoir travaillé quelque temps à HEUROPLAN quand la société était installée rue Beauregard : peut-être a-t-il, lui aussi, des éléments "vus de l'intérieur", contrairement à moi qui étais, à l’époque, étudiant à Lyon…

Claude Nappey

Nappey buvard