P1020905

C'était le titre énigmatique et accrocheur du Billet de l'Est Républicain, hier dimanche, dans la rubrique Besançon, sous la plume de Fred Jimenez. Bon on s' dit, doit s'agir d'un mécontent qui, depuis sa fenêtre invective les travaux, les embouteillages, bref qui vitupère l'époque comme disait le grand Léo (Ferré...).Et puis à la 17° ligne, on apprend que ça se passe rue de Belfort! Donc aux Chaprais! L'intérêt redouble....Et bing, la révélation....il s'agit d'un cul à la fenêtre, "en vitrine...juste un cul...dans un encadrement de 60x40 cm" nous précise ce journaliste, maître dans le domaine des effets ménagés et du suspens....Alors, comme il nous avait mis sérieusement sur la piste et donné suffisamment d'indices puisque le nom du bâtiment était cité...nous sommes vite allésvoir...Mais comme pour notre journaliste qui avait vérifié, bien sûr, cette info donnée par un automobiliste, il n'y avait rien, nada! Juste l'écriteau cité, au 3° étage de cet immeuble situé au tout début de la rue Isenbart, un panneau fait main avec l'inscription "Relax" (voir photo) et un numéro de téléphone que nous avons masqué!

P1020903 bis

Faut tout de même pas nous demander de faire de la pub pour ce qui ressemble à un lieu de plaisir tarifé! Sommes témoin qu'il n'y avait pas foule ce dimanche après-midi vers 16h30 pour attendre une apparition éventuelle de ce cul frétillant (y'avait en fait que l'auteur de ces lignes sur ce blog...mais en service commandé, bien sûr....). 

Soyons sérieux! Au-delà de ce fait divers, nous avons toujours mis en garde les autorités sur ce que nous appelons le triangle d'or de la prostitution, boutiques spécialisées, mais aussi lieux de vente de drogue. Ce triangle part de la gare Viotte, passe par la rue de la Viotte, la rue du Chasnot, la rue de Belfort et l'avenue Foch. Il a donc traversé la rue de Belfort!...Et nous ne voulons pas jouer les pères la pudeur. Mais ce qui pose problème c'est 

ce public fréquentant ces lieux interlopes! Public particulier toujours susceptible de générer des problèmes. Nous souhaitons donc qu'une association comme Le Nid qui mène des actions exemplaires dans le domaine de la lutte contre la prostitution, voit ses moyens  (entre autres, en personnel) augmentés. Et que la police contrôle plus régulièrement ce quartier.